Costa Rica : de San José au Parc Manuel Antonio

(photos Costa Rica : Centre et Ouest)

Nos débuts au Costa Rica : San José

C’est déjà la fin de l’Amérique du Sud, et nous voici en route pour l’Amérique centrale. Avant de rejoindre San José, nous avons droit à une petite escale en Colombie, qui va un peu s’attarder… Au-delà de la peur que des personnes mal intentionnées nous mettent de la drogue dans nos sacs pendant cette attente, nous en profitons pour goûter au chocolat et au café colombien !

Petite anecdote

En allant chercher son café, Quentin tombe sur une serveuse particulièrement désagréable. Elle le fait tellement attendre volontairement qu’il a même le temps de lire toutes les publicités sur le bar, et il tombe notamment sur la mention « si on ne vous donne pas de facture, le café est offert ». La serveuse, toujours aussi aimable qu’une porte de prison, semble se débattre avec sa caisse, et donne le café à Quentin sans le regarder en lui annonçant sèchement le prix. Quentin lui répond bien gentiment qu’il paye seulement si on lui remet sa facture. De la fumée commence à sortir des naseaux de la jeune femme, qui après quelques secondes, se rend compte qu’elle n’y arrivera pas et lui dit « c’est bon ». Quentin repart alors avec son café colombien gratuit, qu’il savoure avec délectation.

Nous finissons sans mal notre chocolat qui est tout simplement délicieux, et embarquons pour nos nouvelles aventures J

San José : la capitale

1. 1ere soirée à San Jose, dans un mall rempli de fast-food US la seule nourriture un peu locale sera... argentine ! A notre arrivée, nous sommes choqués ! Au delà du prix demandé par le taxi (25$ pour nous amener dans le centre-ville) que nous écartons très vite (le chauffeur, mauvais joueur, nous sort alors « ok, prenez le bus, mais vous verrez c’est dangereux, vous allez vous faire voler… ». Sympa le bonhomme.), nous finissons par trouver notre bus où nous essayons de passer avec nos gros sacs, sachant que les gens ne pensent pas à un seul instant à nous faciliter l’accès au couloir. Bref, l’accueil nous change un peu de l’Amérique du Sud, l’ambiance à première vue est beaucoup plus tendue, mais rien de grave jusque-là.

Le drame arrive peu de temps après, pendant le trajet, en regardant à travers les vitres du bus. Nous voyons :

un Walmart :O

La stupeur est totale, nous sommes retournés aux USA ! Nous ne sommes pas au bout de nos surprises, en arrivant dans la capitale, nous tomberons nez à nez avec des Pizza Hut, Mac Do et autres Starbucks. L’exotisme sud-américain nous paraît déjà bien loin…

L’étonnement passé, nous rejoignons notre hôtel et demandons conseil pour manger un bout dans le coin, et de préférence quelque chose de « local » si possible.

Le gérant nous indique un soda (établissement où l’on sert de la nourriture typique costaricaine pour pas cher) mais celui-ci est fermé. Nous poussons un peu plus loin en espérant tomber sur un autre.

Choc n°2 : nous arrivons maintenant dans un « patio de comidas » avec toutes les chaînes de fast food US : Carl’s, Popeye, Taco Bell, Subway… ! Nous ravalons nos trémolos et choisissons tout de même une chaîne, mais argentine, où nous mangeons de la bonne viande, tout en restant pantois de voir ce qui nous entoure !

Informations utiles à San José

A voir

On ne sait pas !! Nous avons été tellement choqué par ce côté trop US (des jeunes Américains bourrés dans les rues avec des chapeaux de cowboy, des chaînes de fast food omniprésentes…) que nous avons pris nos jambes à nos cous et avons fui dès le lendemain de notre arrivée cette capitale !

Où dormir

Hotel Casa Blanca 506 : 29$/nuit avec chambre très correcte, au calme et petit déjeuner délicieux mais…(lire l’anecdote)

Petite anecdote

En arrivant pour prendre notre petit-déjeuner, il n’y avait quasiment plus rien à manger au buffet. Nous raclons les fins de casseroles mais ce n’est vraiment pas suffisant pour Lucile. Après avoir fait un peu de bruit, nous ne voyons toujours personne arriver pour renflouer un peu les plateaux, et Lucile commence à fulminer. Quentin passe une tête dans la cuisine pour demander si nous sommes arrivés trop tard pour avoir quelque chose… et se fait ouvertement ignoré. Lucile tente un mélange espagnol-anglais-français en version énervée, qui ne fait pas réagir plus que ça les « deux pétasses » qui gloussent à l’arrière et qui nous font comprendre qu’il n’y a rien d’autre et qu’il faut s’en contenter.

Avant que Lucile pète un scandale, un autre client de l’hôtel (un Péruvien, nous discuterons un peu avec) arrive et va pour se servir. Apparemment habitué des lieux, il passe faire signe en cuisine à son tour et, quelques instants plus tard, le buffet se voit garni de tout un tas de nouvelles victuailles (qui n’existaient pas 2 min avant)…

Une fois les insultes ravalées face à cette odieuse discrimination anti-touriste, nous nous sommes régalés !

2. Le lendemain matin le petit-dej de l'hôtel est plus typique

Où manger

 – au soda, juste à côté de l’hôtel. Mais bien sûr, on vous souhaite d’avoir plus de chance que nous, et que ce soit ouvert !

De l’aéroport au centre de San José

Prendre le bus « aeropuerto – Alajuela », qui ensuite va se transformer en « Alajuela – san josé ». Vous n’aurez pas à sortir du bus, par contre, vous devrez vous acquitter d’un deuxième ticket, car ils sont comptés comme deux trajets distincts.

Changer son argent à l’aéroport

On vous conseille de changer votre argent à l’aéroport car vous aurez besoin de colones pour payer le bus. Bien sûr, ils acceptent les dollars américains, mais sachez que vous ne serez pas gagnants (nous avons perdu 1$ dans cette affaire juste avec le premier trajet de bus).

ATTENTION :

Vous ne pouvez prendre des colones qu’avant de passer les douanes. Une fois que vous serez passé de l’autre côté, vous n’aurez plus de possibilité de changer ou tirer de l’argent (avant d’arriver dans le centre, où vous trouverez sans difficulté bien sûr).

Visiter La Fortuna : volcan Arenal

Nous partons dès le lendemain de notre arrivée vers La Fortuna. Pour cela, nous prenons un bus à deux pas de notre hôtel puis nous finissons à pied dans les rues de San José. Nous sommes complètement perdus, les rues ne sont pas toujours affichées, les indications sur notre plan sont évasives…bref, nous prenons du temps. Nous voyant la tête dans notre carte, un gentil monsieur nous aborde pour nous aider. Il nous parlera même en français et nous racontera une histoire drôle (dont bien sûr, on ne se souvient plus, mais c’était drôle et en FRANÇAIS !!). Grâce à son aide, nous nous rapprochons de notre terminal, nous nous perdrons encore un peu mais nous découvrirons que les Costaricains, contrairement à leur taxis, sont plutôt gentils et prennent le temps de nous aider.

4. Au terminal, un sympathique taxi nous propose de nous emmener pour 10 fois le prix du car... Merci mais nous ne sommes pas des touristes américains ! Arrivés au terminal 7-10, nous ne sommes pas au bout de nos peines, ce grand centre est d’une logique peu évidente. Les cars se situent évidemment au rdc mais les guichets, eux, se trouvent au dernier étage de cet immense bâtiment. Pour acheter son ticket il faut prendre tous les escalators possibles, passer devant 40 boutiques et 50 snacks… il vaut mieux venir en avance. Après un véritable parcours du combattant (nous avons tourné, cherché, nous sommes montés, descendus…le tout avec nos gros sacs sur le dos), nous trouvons le guichet pour La Fortuna et nous partons peu de temps après, pour 5h de trajet.

A notre arrivée, il pleut ! Il est un peu tard, nous décidons d’aller déposer nos affaires à l’hôtel, de faire quelques courses et de se coucher tôt pour profiter au maximum de la journée du lendemain.

Le lendemain, notre espoir de voir le volcan Arenal se brise, une purée de pois a recouvert la vallée. Ce n’est pas très grave, nous avons vu qu’il y avait une réserve d’animaux pas très loin, ce sera notre activité de ce jour. Nous partons en direction de l’Ecocentro Danaus et nous faisons finalement tout le trajet à pied, ne trouvant pas de taxi sur le chemin. Une fois sur place, nous allons faire la fermeture ! Nous sommes aux anges, il y a des animaux en liberté partout. Des papillons immenses, des alligators, des tortues, des oiseaux de toutes les couleurs, des grenouilles minuscules, des agoutis… De plus, ce centre n’est pas bondé ce qui nous permet de profiter sereinement de notre visite, sans touristes pour nous perturber ! A la fin de la journée, nous sommes ravis, des étoiles plein les yeux, le centre nous appelle même un taxi pour rentrer, en somme la journée parfaite.

Pour finir le tableau, nous n’attendons plus que de voir le volcan…

Mais non, le lendemain ce grand monsieur se cache encore derrière des gros nuages, donc la randonnée pour le voir nous passe sous le nez. Cependant, nous ne sommes pas en manque de choses à voir. Juste en descendant un peu dans notre rue, nous tombons sur une maman paresseux dans son arbre, qui garde son petit sur elle. Nous restons béats ! A côté de ces paresseux, se trouve une colonie d’iguanes qui nous impressionnent par leur taille, leur crête en piques ou leurs couleurs. Nous passons facilement une heure à regarder tout ce petit monde, en oubliant totalement que nous avions prévu d’aller aux Catarata falls. Ce qui devait arriver arriva, alors qu’on a déjà fait quelques kilomètres pour les rejoindre, nous comprenons que nous n’aurons pas assez de temps ! Nous rebroussons chemin, sans les voir, et nous prenons la direction de notre hôtel, afin de récupérer nos sacs et de monter dans le minibus qui nous attend déjà pour la suite.

A voir

– le volcan Arenal : c’est LA raison pour laquelle nous y étions ! Manque de chance, nous ne l’avons pas vu car le ciel était très encombré. Cependant, sachez qu’il existe de nombreuses randonnées, plus ou moins sportives, qui permettent de s’en approcher et qui méritent le déplacement (à ce qu’il paraît !).

– l’Ecocentro Danaus : pour 15$/pers, nous en avons eu pour notre argent. Ce centre n’est pas très grand, mais il est fourni en animaux tropicaux. Par ailleurs, ce qui nous a particulièrement plu c’est que nous étions pratiquement seuls, nous avons vraiment pu en profiter pleinement.

Où dormir

 – Chill Out Backpackers : pour 25$/nuit vous avez une chambre fonctionnelle avec une sdb simple. L’intérêt c’est que vous pouvez utiliser la cuisine et les tables à l’extérieur. Il y a aussi des hamacs à disposition, nous n’en avons pas vraiment profité vu le temps, mais ils sont là.

Comment aller de San José à la Fortuna

 Il faut rejoindre le terminal 7-10 de San José. A partir de là, il y a régulièrement des cars qui partent pour La Fortuna, pour 2400col/pers.

Visiter Monteverde : des activités extrêmes !

28. Environs de Monteverde C’est parti pour Monteverde. Nous commençons le voyage en minibus pour rejoindre un bateau sur le Lac Arenal et un autre minibus nous attendra de l’autre côté de la berge. Vous le croirez ou non, mais c’est en partant, une fois que nous serons sur le lac, que nous aurons les meilleurs vues sur le Volcan Arenal. Enfin nous imaginons le bout de son nez ! Une fois de l’autre côté, nous attendons un bon 30min que le minibus suivant veuille bien venir nous chercher. Une fois à l’intérieur, nous avons 2h de route pendant lesquelles nous pouvons admirer le paysage somptueux local. Nous sommes entourés de verdure, de collines, d’animaux, c’est vraiment dépaysant. Notre chauffeur nous dépose directement à notre hôtel et nous découvrons alors notre mini chambre pour la nuit.

Dès le lendemain, nous changeons d’hôtel, et nous organisons la suite de notre séjour. A 11h, départ pour la forêt Santa Elena avec le bus à 2$ pour 30min de trajet. Arrivés sur place, nous découvrons qu’il y a de nombreux sentiers à faire (contrairement à ce que nous avions vu sur Internet), et que nous n’aurons le temps de faire que le plus court, car nous avons déjà réservé une activité l’après-midi. Nous nous lançons alors dans cette « forêt dans les nuages » d’où nous ressortirons quelque peu frustrés : nous n’y avons rien vu ! Alors si, de jolis arbres, des lianes, des mini cascades, mais pas un seul animal. C’est ici que nous espérions notamment observer le fameux « Quetzal resplendissant », oiseau mythique d’Amérique centrale. Ce fut un échec, pas la moindre plume à l’horizon…

Mais pas le temps de s’appesantir, nous partons à présent en direction d’El Trapiche, où nous allons en apprendre un peu plus sur l’exploitation de la canne à sucre, du cacao et du café. En effet, ces trois types de plantation sont réunis sur la zone de production que nous découvrons, c’est aussi l’occasion d’apprendre qu’aucun des trois n’est natif du Costa Rica : le sucre vient d’Inde, le café d’Ethiopie et le cacao du Brésil !

Cependant, le climat particulièrement humide de cette zone du Costa Rica (nous aurons d’ailleurs la chance de faire toute une partie de la visite sous la pluie !) est propice à leur développement. La visite est intéressante et ludique. Après avoir observé les différentes techniques de production mais aussi goûté les fruits du caféier et du cacaotier (qui n’ont aucun rapport avec le produit fini que nous connaissons tous), c’est l’heure de la dégustation du café costaricain ! Malheureusement il semblerait que celle-ci soit particulièrement adaptée aux habitudes de consommation des Etats-uniens, le café servi est un jus de chaussette sans nom, qui ne nous donnera aucune envie d’acheter un paquet. Malgré cette petite déception, nous avons vraiment apprécié notre journée, et nous avons l’impression d’avoir appris de nombreuses choses sur ces produits du quotidien. Nous ne sommes pas venus pour rien !

40. Notre repas du nouvel an
Bonne année !

Le lendemain, nous sommes le 31 décembre, et c’est une journée sans ! Il fait un temps épouvantable, nous n’avons même pas envie de sortir de notre chambre d’hôtel. Toutefois, nous voulions faire la nocturne de la réserve Curicancha pour observer les animaux nocturnes (certaines espèces surprenantes ne sont apparemment visibles que la nuit), donc nous partons à pied en direction de la réserve. Plus nous avançons, plus la pluie s’intensifie, et nous comprenons que nous allons devoir renoncer à notre projet. Nous rebroussons chemin, mais tout n’est pas perdu, nous allons faire un restaurant pour ce dernier jour de l’année 2016. Par chance, nous trouvons une place au Sabor Tico, où nous goûterons enfin le « batido » (sorte de milkshake à base de jus de fruits locaux) et le « casado », le plat traditionnel avec des plantains, des haricots, de la viande… un délice. Pour 10.000col, nous n’avons plus faim et terminons très bien l’année !

Pour le 1er jour de l’année 2017, nous avons décidé de faire une activité marrante, nous partons à 10h30 pour l’Extremo Park. Nous sommes harnachés de nos baudriers et partons à la découverte de : 14 tyroliennes, un rappel de 30m, un « saut de tarzan » de 60m, une tyrolienne « superman » d’1km et un « superman souterrain ». Bref, on a adoré (surtout Lucile, comme toujours dans les délires un peu extrêmes !), et on n’a rien raté des vues magnifiques sur la forêt, du bonus avec le toucan dans l’arbre en attendant le superman d’1km, et des deux aras à l’entrée du parc.

Pour compléter ce super moment, nous avons rencontré Adrien, un Cubain vivant au Québec, avec qui nous avons adoré échanger, sachant que nous avons découvert le Canada quelques mois auparavant, et que nous partons à Cuba… dans deux semaines ! Nous nous disons que si tous les Cubains sont comme lui, notre voyage risque de finir en apothéose !

Nous rentrons à notre hôtel, ravis de ces nouvelles sensations ressenties aujourd’hui, et nous préparons notre paquetage pour le lendemain, car notre car est prévu à 6h du matin à destination de Puntarenas.

A voir

 – tous les environs de la ville sont à voir, c’est un vrai parc d’attractions à ciel ouvert. Nous regrettons de ne pas avoir pu faire la nocturne de la réserve Curicancha et nous vous invitons à vous renseigner car ce n’est pas très cher comparé à d’autres nocturnes proposées, et selon les commentaires sur Internet, elle les vaut largement.

– la forêt Santa Elena : ne faites pas la même erreur que nous, prenez votre journée pour faire les différents sentiers et avoir la chance de rencontrer des espèces rares. Petit conseil : prenez des vêtements résistant à l’humidité, vous risquez sinon de ressortir tout boueux ! Pour info, le trajet coûte 2$/pers (ce qui veut dire 4$/pers AR), et l’entrée est à 14$/pers.

El Trapiche : nous avons bien aimé cette activité. C’est une entreprise familiale qui vous ouvre ses portes et la mécanique est bien huilée ! C’est 32$/pers, mais si comme nous vous prenez plusieurs activités, vous pouvez avoir une réduction. Pour nous cela nous est finalement revenu à 27,5$/pers.

Extremo Park : waouh ! Bon nous c’était notre cadeau commun pour la nouvelle année car c’est pas donné : 50$/pers (comme dit auparavant, on a eu droit à une réduction ce qui a donné 40$/pers) . Mais en même temps, nous n’avons pas été déçus. Malgré le nombre de gens, c’était très bien organisé. Les sensations sont là, nous avons eu droit à des tyroliennes à deux, ce qui est vraiment top. Le tarzan swing est juste trop bien (nombreux sont ceux qui n’ont même pas osé, alors que c’est ce moment qui fait la différence avec tous les autres parcs dans le genre), on recommande !

Où dormir

 Nina’s Place BnB : pour 21$/nuit, nous avions vraiment la chambre pourrie. Si vous mettez un peu plus cher, vous pourrez avoir une chambre digne de ce nom, dans un hôtel à taille humaine. Le gros plus : le petit déjeuner y est vraiment bon.

Sleepers sleep cheaper : à 35$/nuit, nous avions une grande et jolie chambre. L’Internet fonctionnait bien et nous pouvions utiliser les parties communes. La cuisine est vraiment rudimentaire mais c’est suffisant pour se faire des plats simples.

Où manger

Sabor Tico : nous n’avons pas été déçus par cette chaîne. Pour un prix imbattable (10.000col, c’est à dire 17$US), nous avons eu chacun un apéritif et un plat très consistant. Nous ne pouvons que le recommander.

Comment aller à Monteverde depuis La Fortuna

Nous avons réservé depuis notre hôtel ce qu’ils appellent le « bus-boat-bus », c’est à dire le trajet le plus court (et le plus sympa) pour rejoindre Monteverde. Pour 20$/pers, on vient vous chercher à votre hôtel, on vous embarque en bateau sur le lac Arenal, puis on vous dépose à votre hôtel suivant, c’est du « porte-à-porte ».

Parc Manuel Antonio : le fameux

 

48. A Puntarenas, petite attente sur la plage de notre car pour Quepos
Quand l’attente du prochain car se fait sous les cocotiers !

 C’est une véritable journée en car qui nous attend. Première destination : Puntarenas. Puis, nous prenons un autre car pour Quepos, la ville d’où partent les bus pour le Parc Manuel Antonio.

Comme à notre habitude, nous déposons nos affaires puis nous prions pour que le temps soit plus clément pour le lendemain, car oui, encore une fois, ce n’est pas le grand soleil à notre arrivée !

Le lendemain, à 7h30, nous prenons notre bus qui nous emmène au Parc Manuel Antonio. Nous commençons à faire la queue pour rentrer, puis nous réalisons que les gens devant nous ont déjà leur ticket ! Nous partons alors en arrière pour aller chercher nos billets, nous faisons une queue de 30min, pour ensuite refaire la queue à l’entrée du parc… Et là, c’est la douche froide ! Nous sommes submergés par une foule compacte, il semble presque impossible d’avancer dans ce magma humain. Nous finissons par trouver quelques failles et changeons de stratégie pour éviter au maximum le circuit habituel des guides (autour desquels s’amassent d’immenses grappes de gens). Sur notre route, nous rencontrerons des crabes bleus, des paresseux, des singes à tête blanche, et des oiseaux, avant de bifurquer sur la plage P.N Manuel Antonio. En effet, nous partons du principe que la majorité des gens prennent un guide le matin en arrivant, ce qui veut dire qu’ils vont être concentrés sur les sentiers pour voir un maximum d’animaux, et qu’ils n’iront sur la plage que l’après-midi, une fois la visite guidée finie. Notre stratégie paye, nous sommes quasiment seuls sur la plage ! Nous profitons pleinement du calme du lieu, nous admirons les pélicans, les iguanes, les ratons-laveurs, et bien sûr, nous profitons de la mer qui est tout simplement à température parfaite. Nous avons du mal à quitter ce lieu paradisiaque, mais nous ne sommes pas venus ici pour passer une journée sur la plage, mais bien pour rencontrer des animaux. Ah oui, j’oubliais, nous avons droit à un soleil radieux 😉

Après quelques heures de détente, c’est parti pour des randonnées qui s’enchainent. Chaque sentier nous permet de voir une nouvelle espèce. Nous n’aurons jamais vu d’aussi près les singes à tête blanche ! Nous rencontrerons également des agoutis, des singes hurleurs, des singes écureuils (nous repensons alors à notre Drucilla de Bolivie), un wood pecker (incroyable de voir cette tête qui frappe si fort un arbre !), des oiseaux minuscules (tellement minuscules qu’il était presque impossible de les prendre en photo, pas plus de 3cm)… Nous rentrons à notre hôtel complètement exténués, mais tellement ravis et impressionnés de tout ce que nous avons pu voir en une journée seulement.

Le lendemain, nous avons droit à une journée splendide. Nous en profitons, enfin, pour goûter à la piscine, avant de ranger notre barda car nous repartons le jour même pour San José, afin de rejoindre ensuite la côte caribéenne du pays.

A voir

LE PARC MANUEL ANTONIO : définitivement, vous ne pouvez pas passer à côté. Ce parc n’est pas immense, une journée suffit à en faire le tour, mais quelle beauté ! Vous ne serez pas déçus ! Pour 16$/pers, vous verrez un nombre incroyable d’espèces en liberté. Pour rejoindre le parc depuis Quepos, il faut prendre le bus à 295col/pers qui prend environ 20min.

– le coucher de soleil sur la Playa Espadilla, à la sortie du parc Manuel Antonio.

Où dormir

Wide mouth Frog : à 30$/nuit, vous avez une petite chambre, des sdb communes avec de l’eau froide. Par contre, vous êtes à côté du Parc Manuel Antonio, et il y a une piscine ! De plus, vous avez accès à la cuisine qui est plutôt bien équipée.

Comment aller à Quepos depuis Monteverde

 Pour se rendre à Quepos, il faudra prendre deux cars. Le premier en direction de Puntarenas, 1450col/pers, puis le deuxième pour Quepos, à 2300col/pers. Il faut savoir que ce trajet prend environ la journée. Nous sommes partis de Monteverde à 6h du matin.

Voir nos vidéos du Costa Rica

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close